Gianluca Migliarotti: O’ Mast and I Colori di Antonio

Il n’est plus nécessaire de présenter les oeuvres du talentueux Gianluca Migliarotti. Il est à l’origine de ces deux (trois) longs métrages dédiés à l’art du tailoring italien: O’ Mast, I colori di Antonio (et le dernier que nous n’avons pas encore eu l’occasion de visionner E poi c’è Napoli mettant en scène cette fois le travail de différents artisans Napolitains dont: Salvatore Piccolo, Kiton, Calabrese, Cesare Attolini, Salvatore Ambrosi, Francesco Marino et bien d’autres encore…). Nous allons aborder et résumer, brièvement, notre ressenti des deux premiers films.

Commençons avec O’ Mast: O’ Mast qui signifie en napolitain Il Maestro vous immerge dans les coulisses du tailoring Napolitain (pas besoin d’être connaisseur ou consommateur de sur-mesure pour tomber sous le charme de cette fresque poétique mise en scène par ces acteurs aux grandes personnalités et histoires distinctes).

Les stars de ce film?  Mariano RubinacciAntonio PanicoMarchese Giancarlo De GoyzuetaCiro PalermoClaudio AttoliniPasquale SabinoAntonio LeonelliMaurizio Marinella; notre ami Pino Peluso (Meeting with Pino Peluso)Lucio Migliarotti; la famille Ciardi dont nous allons parler d’ici peu; Ciro ZizzolfiBeppe Modenese.

Ce qui est marquant dans la réalisation sont les phases endiablées par la BO de jazz, les images de Naples et des artisans au travail qui s’enchaînent avec leurs points de vue sur le métier et les moments de calme où ils se livrent à des petites anecdotes presque philosophiques: pour nous ce film est une leçon de vie à appliquer, même en dehors du métier de tailleur.

Voici une petite sélection de phrases très intéressantes :

…La construction d’un costume c’est de la douleur, de la souffrance… Pour le tailleur, mais aussi pour le client!

…Le client qui comprend, vient toujours chez vous…

…Le premier essayage  est pour le tailleur. Le client ne doit pas parler…

…Les clients amènent de l’innovation et sont donc indispensables aux tailleurs…

…Le connaisseur choisira des tissus classiques. Le nouveau riche ceux coûteux…

…Le classique ne sera jamais démodé. La mode, elle, change tous les six mois…

… Ils prennent une taille, ils la raccourcissent, l’allongent, resserrent, détendent… Ils font un vêtement sur mesure mais qui n’est pas sur-mesure…

…L’élégance spontanée, intérieure… où il est naturel de ne pas exagérer dans les couleurs, avec nonchalance…

…Le vêtement sur mesure ne peut pas aller à une autre personne. Car il conserve les imperfections du client pour lequel il a été fait…

…Le compliment le plus beau ? Je ne le sens pas sur moi. C’est une seconde peau!

…Coudre, c’est comme aller chez le psy…

…Dans ce métier, il faut avoir de la passion…

…Le bon tailleur, c’est le client qui doit le choisir. Nous sommes tailleurs. Artisans!

Passons ensuite au deuxième long métrage I colori di Antonio dédié au tailleur florentin Antonio Liverano. Le film met en avant le travail remarquable de ce monsieur au caractère bien trempé.

Comme dans  O’ Mast,  le rythme est soutenu par cette BO jazzy.

…Avant, à Florence, il y avait beaucoup de tailleurs : ils étaient tous les n°1…

Antonio Liverano y explique aussi sa technique de persuasion: Vous avez raison, mais regardez aussi cet autre… Ne pas dire «  on, celui-ci ne va pas bien ». Moi, je donne raison à tous et, après ,à la fin, c’est moi qui ai raison! Je me confronte, je demande ce que les autres en pensent et puis je fais comme je l’entends!

… Quand je vois une personne élégante, je m’arrête et je la regarde pour voler çà et là avec les yeux…

… Nous faisons quelque chose de différent des autres…

… Antonio Liverano raconte les tissus et couleurs qui reflètent son caractère…

Taka Osaki, son bras droit, raconte les enseignements reçus par son maitre Antonio Liverano: il faut apprendre l’art de vivre, non seulement l’art de s’habiller mais aussi lorsque l’on fume ou  prend le café, la manière dont on parle…

…Il n’existe pas un travail de tailleur classique, moderne! Nous faisons le beau! Le beau n’est pas confiné. Le beau plaît à tout le monde!

…Encore Taka Osaki: Il faut voir tout à 360°. Les couleurs, les musées. Chaque saison, regarder les couleurs des arbres, du vert, au jaune, en passant par le marron…

…Le classique est toujours beau. Une belle veste est comme une œuvre d’art!

…C’est un investissement que vous porterez toujours! Dans 20 ans encore! Plus vous le porterez, plus il sera beau!

…Les écoles n’enseignent rien parce qu’elles ne savent rien!

En conclusion du beau, du charismatique, de belles images et une philosophie de vie! Où vous procurer ces films?

omastthemovie.com

drakes.com

icoloridiantonio.com

thearmoury.com

Non è più necessario presentare le opere del talentuoso Gianluca Migliarotti. È all’origine di quei due (tre) filmati dedicati all’arte della sartoria Italiana: O’ Mast, I colori di Antonio (e l’ultimo  E poi c’è Napoli che mette in scena questa volta il lavoro di diverse corporazioni artigiane Napoletane quali: Salvatore Piccolo, Kiton, Calabrese, Cesare Attolini, Salvatore Ambrosi, Francesco Marino e molti altri ancora…). Vi riassumeremo, brevemente, i due primi film.

Incominceremo con O’ Mast: O’ Mast vi immerge nelle quinte della sartoria Napoletana (non c’è bisogno di essere un intenditore o un consumatore di su misura per rimanere affascinato dall’affresco pieno di poesia messo in scena da questi attori con le loro grandi personalità e storie distinte).

Le star di questo film?  Mariano RubinacciAntonio Panico; Marchese Giancarlo De Goyzueta; Ciro Palermo; Claudio Attolini; Pasquale Sabino; Antonio Leonelli; Maurizio Marinella; il nostro caro amico Pino Peluso (Meeting with Pino Peluso); Lucio Migliarotti; la famiglia Ciardi di cui vi parleremo tra brevissimi tempi; Ciro Zizzolfi; Beppe Modenese.

Ciò che ritiene l’attenzione riguardo alla realizzazione sono le fasi indiavolate dalla colonna sonora di jazz, le immagini di Napoli e degli artigiani al lavoro che si susseguono con i loro punti di vista sul mestiere e momenti di calma dove si svelano con degli aneddoti quasi filosofici: per noi questo film è una lezione di vita da applicare, anche al di fuori del mestiere da sarto.

Eccovi una piccola selezione di frasi molto interessanti:

…La costruzione di un abito è dolore, sofferenza… Per il sarto, ma anche per il cliente!

…Il cliente che capisce, viene sempre da te…

…La prima prova è per il sarto. Il cliente non parla…

…I clienti portano innovazione quindi sono indispensabili ai sarti…

…L’amante va sui tessuti classici. L’arricchito su quelli fini, più pregiati…

…Il classico non va mai cambiato, la moda ogni sei mesi cambia…

… Prendono una taglia, la accorciano, la allungano, la stringono, la allargano… Fanno un abito su misura ma che non è su misura…

…L’eleganza spontanea, dentro… Viene naturale non esagerare nei colori, disinvoltura…

…L’abito di sartoria non può andare a un’altra persona…

…Il complimento più bello? Non me lo sento addosso. È una seconda pelle!

…Cucire, è come andare dallo psicologo…

…In questo mestiere, si deve avere la passione…

…Il buon sarto, è il cliente che lo deve scegliere. Noi siamo sarti. Artigiani!

Proseguiamo con il secondo filmato I colori di Antonio dedicato lui al sarto Fiorentino Antonio Liverano. Il film mette in risalto il notevole lavoro di questo carismatico signore.

Come in O’ Mast,  il ritmo e sostenuto da una colonna sonora jazzy.

…Prima, a Firenze, c’erano sarti. Tutti n°1…

Antonio Liverano spiega anche la sua tecnica di persuasione: Ha ragione lei, ma guardi anche quest’altra… Non dire « no questa non va bene! ». Io do ragione a tutti, e poi alla fine ho ragione io! Mi confronto, chiedo che cosa ne pensate e poi faccio come mi pare!

… Quando vedo una persona elegante, mi fermo e la guardo… Per rubare qua e la con gli occhi…

… Facciamo qualcosa di diverso dagli altri…

… Antonio Liverano racconta i tessuti e i colori che rispecchiano il suo carattere…

…Taka Osaki, il suo braccio destro, racconta gli insegnamenti ricevuti dal suo maestro Antonio Liverano: bisogna imparare il modo di vivere, non soltanto il vestire ; quando fumo, prendo il caffè, il modo di parlare…

…Non esiste il lavoro classico, moderno! Noi facciamo il bello! Il bello non ha confine. Il bello piace a tutti!

…Ancora Taka Osaki: Vedere tutto a 360°. Colori, musei. Ogni stagione, guardare i colori degli alberi, dal verde, al giallo, passando per il marrone…

…Il classico è sempre bello. Una bella giacca è come un’opera d’arte!

…È un investimento che porterete sempre! Anche vent’anni dopo! Più la porterete, più diventerà bella!

…Le scuole non insegnano niente, perché non sanno niente!

In conclusione, del bello, del carismatico, delle belle immagini e una filosofia di vita! Dove procurarvi questi film?

omastthemovie.com
drakes.com

icoloridiantonio.com
thearmoury.com

Gianluca Migliarotti copie

2 réflexions sur “Gianluca Migliarotti: O’ Mast and I Colori di Antonio

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s