Sartoria Panico, The Godfather of Neapolitan tailors

Arrivés au 29, via Giosuè Carducci, nous étions à la fois excités comme des enfants et un peu intimidés à l’idée de rencontrer l’illustre Antonio Panico dont nous vous avions déjà parlé dans notre article dédié au film O’ Mast de notre ami Gianluca Migliarotti. Avec sa stature charismatique quasiment impénétrable, sa voix à la Paolo Conte et sa cigarette toujours à la main, il évoquait pour nous l’image du Parrain des tailleurs à Naples.

Arrivati in via Giosuè Carducci, 29 siamo agitati come dei bimbi e allo stesso tempo un po’ intimiditi all’idea di incontrare l’illustre Antonio Panico di cui vi abbiamo precedentemente parlato nel nostro articolo dedicato al film O’Mast del nostro amico Gianluca Migliarotti. Con la sua statura carismatica quasi impenetrabile, la voce da Paolo Conte e la sua sigaretta sempre in mano, ci evoca l’immagine del Padrino dei sarti a Napoli.

Panico Antonio portrait copie

Nous sommes très bien reçus et invités à nous installer dans le salon de l’atelier, avec l’immanquable rituel du café (tradition napolitaine oblige). Nous sentons les blancs s’installer et nous commençons à lui poser quelques questions en tentant d’éviter celles qui pourraient être futiles. Entre temps, Antonio Panico allume une cigarette, puis une autre. Nous lui demandons si nous pouvons en allumer une à notre tour, tout en découvrant que c’est un grand passionné d’art lyrique et de peinture (son atelier est couvert d’œuvres de Cesare Maccari, peintre du courant Puriste italien) jusqu’au moment où nous lui demandons de nous parler de sa veste. Il nous répond simplement : « c’est une veste ! ».

Siamo accolti e invitati ad accomodarci nel salotto della sartoria, con l’immancabile rito del caffè. Anticipiamo i silenzi iniziando a porgli qualche domanda tentando di evitare quelle che potrebbero essere futili. Nel frattempo, Antonio Panico si accende una sigaretta, e poi un’altra. Gli chiediamo se possiamo accenderne una a nostra volta, scoprendo che è un’appassionato di pittura (i muri della sartoria sono ricoperti di opere di Cesare Maccari, pittore del movimento del Purismo italiano) fino al momento in cui gli domandiamo di parlarci della sua giacca. Ci risponde semplicemente: « è una giacca ! ».

with antonio Panico mirror copie forbici panico 1 copiePanico & Ciardi copie toto porta copiepanico ma che fai copie telefono sartoria panico copiePanico e figlio copie cappello panico copiePaola Panico & Antonio Panico copie foto sarti copiepanico accende sigaretta copie

En fait, un costume de la Sartoria Panico ce ne sont pas juste 4 mètres de tissus. Une veste de la Sartoria Panico possède une âme et reflète l’histoire du tailleur, de l’homme qu’est Antonio Panico qui débuta, à l’âge de 11 ans, en enchaînant avec deux Maîtres. Le premier, Giuseppe Ruotolo, et puis son modèle et exemple pour les années suivantes, Roberto Combattente (qui lui apprit l’art de la coupe à main levée mais aussi, celui qu’il considère comme le plus grand tailleur de l’histoire du tailoring, ayant formé de nombreux grands tailleurs à Naples).  À 12 ans, il se rend dans l’atelier de couture du Maître Tailleur Angelo Blasi (lors de l’apprentissage il n’y avait aucune paye et il fallait avoir des recommandations pour pouvoir devenir apprenti en atelier, en se pliant à une discipline draconienne, sans aucun avantage). En 1960, il reçut une proposition de taille: remplacer le Maître Vincenzo Attolini dans la Sartoria de Gennaro Rubinacci en tant que Maître Coupeur. Il y resta pendant une vingtaine d’années pour, in fine, en 1991, ouvrir son propre atelier de couture à Naples, puis ensuite à Rome (où il se rend tous les mercredi de la semaine). Sa clientèle se compose d’intellectuels, de politiques, d’entrepreneurs et d’artistes.  

In realtà, un abito della Sartoria Panico non sono solamente 4 metri di tessuto. Una giacca della Sartoria Panico possiede un’anima che riflette la storia del sarto, dell’uomo che è Antonio Panico, che ebbe inizio, all’età di 11 anni, frequentando vari Maestri. Il primo, Giuseppe Ruotolo, e dopo il suo modello ed esempio per gli anni successivi, Roberto Combattente (che gli insegnò l’arte del taglio a mano libera ma anche, colui che considera come il più gran sarto della storia della sartoria, avendo formato numerosi grandi sarti a Napoli). A 12 anni, si rende nella sartoria del Maestro Angelo Blasi (durante il suo apprendistato non riceve nessuna paga e bisognava in più avere delle raccomandazioni per potere diventare garzone in bottega, piegandosi a una disciplina draconiana, senza nessun vantaggio). Nel 1960, ricevette una proposta alla sua misura: rimpiazzare Vincenzo Attolini nella Sartoria di Gennaro Rubinacci con l’incarico di Maestro Tagliatore. Ci restò per una ventina d’anni per, infine, nel 1991, aprire la sua propria sartoria a Napoli, e dopo inseguito a Roma (dove vi si rende ogni mercoledì della settimana). La sua clientela è composta d’intellettuali, politici, imprenditori e da artisti.

panico imbastitura bianca copiepanico mani gessetto copieantonio Panico & Andrea B&N copie panico giacche imbastite copiepanico sigaretta copie giacca e etichetta sartoria panico copie panico shoulders copiecoffee time copie panico imbastitura

La ligne de sa veste  très douce et le choix des tissus très sophistiqué caractérisent ses créations (il considère que le connaisseur ne choisira pas un tissu léger et fin mais un tissu classique et lourd. Le nouveau riche demande les tissus les plus précieux et chers). Souvent non doublée et vidée de tout type d’intérieur, on parle ici de veste-chemisier (giacca camicia). Lorsque un client lui passe une commande, il a un peu un rôle de prescripteur et de décisionnaire à la fois; si les choix ne plaisent pas à Antonio Panico, la commande ne part pas. Ce sont ses oeuvres et sa réputation de tailleur qui sont en jeu !

Résolument, une élégance nonchalante et caractéristique du style napolitain mêlant confort et sophistication. Nonchalance qu’il m’a transmise, ce jour, en levant de façon négligée le col de mon polo piqué et en replaçant ma pochette en lin en ajoutant : « L’élégance est un son, une musique et non pas un bruit désagréable ».

La linea della sua giacca è molto morbida e la scelta del tessuto sofisticato caratterizzano le sue creazioni (considera che l’intenditore non sgelerà un tessuto leggero e fine ma un tessuto classico e pesante. L’arricchito invece chiede i tessuti più pregiati e costosi). Molto spesso sfoderata e svuotata da ogni interno, qui parliamo di giacca camicia. Quando un cliente gli fa un ordine, lui ha un ruolo di prescrittore e decisionale allo stesso tempo; se le scelte non piacciono ad Antonio Panico, l’ordine non parte. Sono le sue opere e la sua reputazione di sarto che sono in gioco !

Assolutamente, un’eleganza fatta di nonchalance e caratteristica dello stile napoletano che sposa confort e sofisticatezza. Nonchalance che mi ha trasmesso, quel giorno, rialzando in modo trasandato il collo della mia camicia polo piqué e riposizionando la mia pochette di lino, aggiungendo: « L’eleganza è un suono, una musica dolce e non un rumore sgradevole ».

foto panico giovane copie Antonio Panico copieantonio panico foto stampata in sartoria copie

Nous essayons avec difficulté de prendre un portrait digne de ce nom (il esquive et bouge nerveusement); nous tentons d’éviter l’approche intrusive quand il nous montre un portrait pris il y à quelques années en nous disant : « j’aime uniquement ce portrait ! ». Nous lui répondons : « Et quel est le problème ? Nous allons répliquer ! ». Il regarde la photo sur l’écran de l’appareil et sourit excité comme un enfant en me demandant de lui envoyer (nous découvrons une nouvelle facette de l’homme).

À une autre occasion, nous nous rendrons à Naples une deuxième fois (puis une troisième…) où nous sommes reçus par un Antonio Panico, très fier, qui nous accompagne dans le salon d’essayage pour nous montrer notre portrait accroché au mur au dessus de la glace. Ce fut assurément une très belle expérience pour nous.  Nous avons pu laisser une trace de Gentleman Chemistry dans cet incroyable atelier de couture. GC

Tentiamo con difficoltà di scattare una foto degna di questo nome (ci schiva muovendosi nervosamente); tentiamo di evitare l’approccio intrusivo quando ci mostra, un ritratto fatto qualche anno prima dicendoci: « mi piace solo quel ritratto ! ». Gli rispondiamo: « Qual è il problema? Lo rifacciamo uguale ! ». Guarda la foto sullo schermo della macchina fotografica sorridendo agitato come un bimbo chiedendoci di mandargliela (scopriamo un nuovo aspetto dell’uomo).

Successivamente, ci renderemo a Napoli una seconda volta (poi una terza…) dove saremo accolti da un’Antonio Panico, molto fiero, che ci accompagna nel salotto delle prove per mostrarci il nostro ritratto affisso sul muro sopra lo specchio. Fu sicuramente per noi una bellissima esperienza. Abbiamo potuto lasciare una traccia di Gentleman Chemistry nell’incredibile sartoria. GC

Une réflexion sur “Sartoria Panico, The Godfather of Neapolitan tailors

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s