Kiton, The Bespoke Firm

Il y a plus d’un an, nous nous trouvions Piazza del Plebiscito (à l’angle du Caffé Gambrinus) où une berline bleue s’approcha de nous pour nous conduire à Arzano, dans la banlieue de Naples, en direction du QG de Kiton. Une  fois sur place, nous sommes invités à aller partager un repas dans la cantine de l’entreprise (là où se déroulent les réunions du groupe, en famille).

Più di un anno fa, ci trovammo Piazza del Plebiscito (all’angolo del Caffé Gambrinus) dove una berlina blu si avvicina a noi per condurci ad Arzano, nella periferia di Napoli, in direzione del Quartiere Generale della Kiton. Una volta arrivati, siamo invitati a pranzare nella mensa aziendale (li dove avvengono le riunioni del gruppo, in famiglia).

Maria Giovanna Paone (DG de Kiton) nous invite  à prendre place à côté d’elle pour déguster un succulent plat de pâtes, sauce tomates et basilic accompagné d’un verre de vin (croyez-moi, le meilleur restaurant Italien de Paris n’égale pas la qualité de ce plat « simple » de cantine d’entreprise). De façon très nonchalante et informelle, nous faisons connaissance en parlant de Paris mais surtout de Naples, une expérience unique! Nous poursuivrons cette conversation dans son bureau où  nous pourrons faire un portrait ‘‘à la Forbes’’

Maria Giovanna Paone (DG della Kiton) ci invita a occupare posto affianco a lei per degustare un ottimo piatto di pasta, pomodoro e basilico accompagnato da un bicchiere di vino rosso. In modo del tutto nonchalent e informale, facciamo conoscenza parlando di Parigi ma soprattutto di Napoli, un’esperienza unica! Proseguiamo questa conversazione nel suo ufficio, dove potremmo scattare un ritratto “alla Forbes”.

Maria Giovanna Paone nous conte brièvement l’histoire de son père (une histoire de famille) : 1964 Ciro Paone est issu d’une famille de marchands de tissus. En constatant que le métier de tailleur disparaît progressivement il eut l’idée, pragmatique et ingénieuse à la fois, de rassembler une grosse partie des tailleurs et couturières de la région (avec une structure logistique et d’effectifs à mi chemin entre la production industrielle, de part la dimension gargantuesque des infrastructures et le savoir-faire que l’on retrouve dans un petit atelier de couture, ‘‘il laboratorio’’). Il y rassemble des familles entières (et amants disent les bruits de couloirs…) en pensant également à former leurs enfants avec la Scuola di Alta Sartoria Kiton; ici, tout est pensé pour donner à ces ouvriers le meilleur environnement et conditions de travail possible (les employés bénéficient de nombreux avantages dont une salle de sport sur place…) – énergie et créativité Made in Naples ; Kiton naît avec la veste et, avec le temps, s’étend sur toute la garde-robe de l’homme moderne : chemises (avec 25 passages main), cravates (sept plis), souliers réalisés, comme à l’époque, par les bottiers locaux, articles de sportswear, ligne de maroquinerie et, cerise sur le gâteau, une collection féminine.

Maria Giovanna Paone ci racconta brevemente la storia di suo padre (una storia di famiglia) : 1964 Ciro Paone proviene da una famiglia di negozianti di tessuti. Rilevando che il mestiere del sarto si estingue progressivamente, ebbe l’idea, pragmatica e allo stesso tempo ingegnosa, di radunare una grossa parte dei sarti e delle operaie della regione (con una struttura logistica ed effettiva a metà strada tra la produzione industriale, data dalle dimensioni gargantuesche delle infrastrutture e del “savoir-faire” che si ritrova nei piccoli laboratori). Ci raduna famiglie intere (si è sentito dire anche amanti…) pensando anche a formare i propri figli con la Scuola di Alta Sartoria Kiton; qui, tutto è stato ideato per dare a questi operai il miglior ambiente e condizioni lavorative possibili (i dipendenti beneficiano di numerosi vantaggi tra cui una palestra aziendale…) – energia creativa Made in Naples ; Kiton nasce con il capospalla (la giacca) e, con il tempo, si è estesa su tutto il guardaroba dell’uomo moderno : camicia (con 25 passaggi a mano), cravatte (sette pieghe), scarpe realizzate, come all’ora, dai ciabattini locali, articoli sportwear, pelletteria e, una collezione femminile.

Francesca Capotosti prendra le relais et nous guidera dans la gigantesque entreprise. Après avoir franchi l’imposant hall d’entrée principal, on découvre le vestibule et un escalier donnant sur deux côtés. De part et d’autre, des œuvres d’art collectionnées au fil du temps par Ciro Paone. À l’étage, les différents bureaux. Plus loin, une baie vitrée avec vue sur la pièce principale de production de pièces à manches où s’agitent, avant les fêtes de Noël, les 189 tailleurs et couturières de Kiton assis sur des chaises de bistrot autour de grandes tables de coupes que nous découvrirons exécuter dans un ordre logistique précis coupe, rapiéçage et couture. En descendant par un autre escalier, nous accédons au couloir (caveau) où sommeillent 200km de resplendissantes étoffes sélectionnés et tissées en exclusivité pour Ciro Paone par le drapier Carlo Barbera racheté par le groupe afin d’en maitriser la production et la qualité des tissus (comme indiqué sur la lisière des 100% laines de différents poids, supers 120’s, 180’s et 200’s, Cashmere, Alpaca et autres rarissimes tissus en Vigogne).

Francesca Capotosti ci farà da guida nell’enorme azienda. Dopo aver superato l’imponente hall d’ingresso principale, scopriamo il vestibolo e una scala che da su due lati. Ovunque, opere d’arti collezionate nel tempo da Ciro Paone. Al primo piano, vari uffici. Più lontano, una vetrata con vista sulla sala principale della produzione del capospalla dove si agitano, prima delle feste Natalizie, i 189 sarti e ricamatrici della Kiton seduti su delle sedie da trattoria attorno ai tavoli da taglio che osserveremo nell’esecuzione in un ordine logistico preciso taglio, montaggio e cucito. Scendendo da un’altra scala, accederemo a un corridoio (il caveau) dove dormono i 200km di bellissime stoffe selezionate e filate in esclusività per Ciro Paone dalla Carlo Barbera, riacquisita dal gruppo per avere il controllo sulla produzione e la qualità dei tessuti (come indicato sulla cimosa dei 100% lana di vari pesi, super 120’s, 180’s e 200’s, Cashmere, Alpaca e altri rarissimi tessuti in Vigogne).

Nous poursuivons en traversant une passerelle – où sont conservés dans des vitrines (une autre collection de Ciro Paone acquise aux enchères Sotheby’s) des mises du Duc de Windsor, Edouard VIII – reliant le bâtiment de production de chemises, avec d’innombrables tissus et l’odeur du linge propre, le tout sous la direction de Sebastiano Borrelli (issu d’une famille de trois générations de chemisiers).

En continuant, nous découvrons l’espace dédié aux culottiers réalisant les pantalons mais aussi les bureaux où sont imaginés les différents patronages, la création de cravates, jusqu’à la création de la ligne femme. Des essayages (exceptionnels) sont faits sur place dans une pièce pour un client VIP asiatique…

Proseguiremo attraversando una passerella – dove sono conservati in vetrine (un’altra collezione di Ciro Paone acquisita alle aste di Sotheby’s) vari outfit del Duca di Windsor, Edward VIII – che collega allo stabilimento di produzione di camicie, con innumerevoli tessuti di biancheria e il suo odore di pulito, il tutto sotto la direzione di Sebastiano Borrelli (terza generazione della famiglia di camiciai Borrelli).

Continuando, scopriremo lo spazio dedicato ai pantalonai ma anche agli uffici dove sono immaginati i modelli, la creazione di cravatte, fino alla linea femminile. Delle prove (eccezionali) sono effettuate in una stanza per un cliente VIP asiatico…

Pus loin, nous terminerons notre visite avec la Scuola di Sartoria Kiton (l’école des tailleurs Kiton) imaginée par Ciro Paone afin de préserver ce savoir-faire. Nous sortons en passant une cour donnant sur une autre partie du complexe, nous pénétrons dans la zone de fabrication de souliers, du liège des peaux et des bottiers à l’œuvre.

Più lontano, termineremo la nostra visita con la Scuola di Sartoria Kiton immaginata da Ciro Paone col fine di preservare questo “savoir-faire”. Usciremo in un cortile che affianca lo stabilimento di produzione di scarpe: sughero, pelli e ciabattini all’opera.

L’empire Kiton :

     450 personnes : 189 tailleurs, 40 chemisiers, 12 couturiers réalisant les cravates, 130 personnes réalisent le sportswear et la maille entre Parme et Fidenza ainsi que Billa où sont filés et tissés les tissus.

     Un réseau de 120 points de ventes dont 33 directs (et 20 franchisés).

     CA de Kiton 115 millions en 2015.

     Kiton habille une clientèle discrète mais aussi grands dirigeants de ce monde, acteurs de cinéma et autres personnalités du showbiz.

L’impero Kiton :

450 persone: 189 sarti, 40 camiciai, 12 persone per la produzione di cravatte, 130 persone realizzano gli articoli sportswear e la maglieria a Parme e Fidenza + Biella dove avviene la filatura e la tessitura dei tessuti.

Una rete di 120 punti vendita nel mondo tra cui 33 diretti (e 20 franchising).

GA della Kiton: 115 milioni di € nel 2015.

Kiton veste una clientela discreta ma anche i grandi dirigenti di questo mondo, attori del cinema e altre personalità dello show-biz.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s