Sartoria Ferdinando Caraceni, The Tailor with the Measured Taste

Le dernier article à avoir été publié était en août 2017 avec Vitale Barberis Canonico. Nous nous excusons de la parcimonie de notre rythme de publication. Nous tenons à souligner que chacun de nos reportages: voyages, interviews, photos sont réalisées de façon totalement indépendante sans recevoir aucune sponsorisation ou subvention contrairement à d’autres médias qui le font de façon mercantile (mercenaire) et sans beaucoup de transparence. Les médias auxquels nous pensons, ne prennent plus le soin d’être sélectifs concernant le choix de leurs contenus. Malheureusement aujourd’hui, la tendance est de faire du business – entre influenceurs et entreprises qui prêtent attention au nombre de followers en lésinant en revanche sur la qualité du contenu. Nous prenons soin de continuer à défendre ce candide objectif: sublimer les mains et l’inventivité de ceux qui font bien, le beau produit. Mais surtout de ceux qui le font vraiment et sans nous raconter d’histoires!

Nous avons sélectionné pour vous (pour changer), une des plus illustres et élégantes Maisons de couture de Milan : la Sartoria Ferdinando Caraceni.

A peine arrivés au 22a de la Via San Marco de Milan, Nicoletta Caraceni nous reçoit très ponctuelle (la rigueur et la précision Milanaise ne se remarquent pas uniquement à l’intérieur de la veste mais aussi dans les façons). Au milieu de magnifiques coupons de tissu vintage rangés dans les étagères de son bureau, elle nous offre un café en s’allumant une Merit en me faisant une brève introduction de l’histoire de la Sartoria Ferdinando Caraceni fondée par son père aimé : Ferdinando Caraceni.

Ferdinando Caraceni naît le 30 mai 1923 à Ortona a Mare dans les Abruzzes. Ironie du sort : le même jour et dans le même lieu de naissance de Domenico Caraceni qu’il rejoindra plus tard à seize ans dans son parcours professionnel.

Il secondera pendant dix-neuf ans Augusto Caraceni en offrant quotidiennement à la clientèle de l’homonyme Sartoria Caraceni : rigueur et coupes élégantes.

En 1967, il se lance en ouvrant son propre atelier la Sartoria Ferdinando Caraceni, en suivant verticalement chaque phase de production de son atelier : de la prise de mesures, coupe avec le patron (dessiné exclusivement pour le client), couture, repassage avec le fer ancien jusqu’aux derniers essayages.

Ferdinando Caraceni vivait son travail comme un hobby sans jamais s’apercevoir des heures qui volaient en atelier. Son objectif visionnaire était celui de léguer son savoir faire à une nouvelle génération qui grandissait avec lui en leur apprenant avec passion et dans les règles de l’art le métier et le style Ferdinando Caraceni: son revers, son épaule, son fit… Lui qui aimait beaucoup la ligne de la veste piquée à la taille mais qui détestait l’exagération et l’ostentation il aimait dire : «  Quand c’est trop serré à la taille ça fait gigolo ! Il en faut peu pour tomber dans le ridicule ! ». Nicoletta nous le décrit comme une personne avec de bonnes manières : « il portait des bas en fil d’Ecosse même en plein mois d’août avec 40 degrés… Pas comme font certains personnages aujourd’hui ! ».

Peu d’ouvriers sont choisis dans l’atelier Ferdinando Caraceni pour satisfaire quelques clients mais toujours dans le respect de la tradition imposée par Ferdinando Caraceni en maintenant une très grande attention dans la rigueur d’exécution et dans le travail. Pas plus de 400 costumes l’année sortent de l’atelier, seuil outre laquelle naît l’industrie (aux antipodes avec sa philosophie d’Artiste) : « Nous ne faisons pas de mode mais un vêtement sur mesure entièrement réalisé à la main ! Style, élégance et poésie ! La veste vit intérieurement  » nous explique Nicoletta Caraceni avec passion, en nous montrant la veste qu’elle porte avec élégance, réalisée il y a plusieurs années par son père. C’est la vie et l passion des mains qui réalisent le vêtement, les dimensions, les proportions, le choix du tissu, le cm en plus ou en moins qui changent tout le sens du vêtement. De nombreuses choses qui concernent le développement et le temps de réalisation de la veste.

Ferdinando Caraceni disparaît en septembre 2004 en léguant à sa fille Nicoletta Caraceni son œuvre.

La Sartoria Ferdiannado Caraceni, est un nom connu et reconnu dans le monde entier : peu publicisé et médiatisé parce qu’il est choisi par une clientèle élégante et jamais ostentatoire. Font partie du prestigieux « Livre d’Or » des clients de la Sartoria Ferdinando Caraceni: aristocrates (Baron Edmond de Rothschild, Jacob Rothschild, Mariella Palavicino Marchi, Cesare Brivio Sforza…), politiques (Silvio Berlusconi, Sadruddin Aga Khan, Ilaria Borletti dell’Acqua…), industriels et patrons d’entreprises (Diego Della Valle, Gilberto Benetton, Arnoldo Mondadori, Yves Saint-Laurent, Lindsay Owen-Jones…)…

Nicoletta nous a permis d’essayer un blazer bleu en laine et mohair “Classic Mohair” de 290gr Holland & Sherry et un pantalon gris toujours en toile de laine “Crispaire” 280gr Holland & Sherry . La veste est légère, les détails et la coupe précise sans jamais tomber dans l’ostentatoire ou dans l’exagération des proportions. Un ensemble basique mais résolument élégant.

Ferdinando Caraceni

Via S. Marco, 22/a, 20121 Milano MI, Italie

caracenitailor.com

Un commentaire sur “Sartoria Ferdinando Caraceni, The Tailor with the Measured Taste

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s