Où acheter ses sous vêtements pour homme ?

 

slip-leopard-diego-armando-maradonaVoici un sujet qui est malheureusement trop souvent négligé chez les hommes. Il s’agit d’un vêtement souvent acheté par leurs dames (ou mères pour certains d’entre eux), car perçu comme un consommable, un vêtement fonctionnel caché que l’on jette comme une capote usagée… Et puis il y a ces nombreux Gaulois qui font l’impasse sur le choix de ce vêtement occulté en piochant au hasard le premier venu dans un bac d’un rayon de grande surface et au meilleur prix svp (car à leurs yeux, ce n’est pas une dépense indispensable, nécessaire). Des Français qui sont dans la démonstration des signes statutaires extérieurs comme leur nouvelle automobile sport, leurs fauteuils de designers scandinaves signés ou cette Rolex (modèle Date Just) reçue en cadeau de Bar Mitzvah ou de Première Communion alors qu’ils se promènent en costume « made in Romania » de vente sur catalogue. On pourrait aussi parler de ce genre de Parisien qui en apparence est attentif aux détails du lisserait de son jean parfait en selvedge japonais, fier (orgueilleux même de façon déraisonné) de ses costumes « bespoke », de ses souliers Alden en cordovan mais qui pourtant ne consacre pas le temps nécessaire pour choisir cette pièce textile comme il le ferait avec ses autres vêtements. Vous l’aurez compris, je vous parle des sous vêtements : slip, boxer, caleçon, débardeur, maillot de corps, Marcel (de la bonneterie Marcel qui le proposait en dotation pendant la 1ère guerre mondiale aux troupes françaises et américaines), t-shirt… Les sous vêtements sont sous nos vêtements et sont donc les premiers à être au contact avec notre virilité, notre peau, nos aisselles… Raison de plus pour leur consacrer toute l’attention qu’ils méritent.

Négligence du choix des sous-vêtement par radinerie ou par distraction ?

Je me suis rendu compte de façon plutôt étonnante qu’on ne trouve pas facilement sur le web le genre d’informations relatives aux sous vêtements et au métier de la bonneterie masculine… Les « influenceurs d’élite » doivent être plus occupés à traiter de toile selvedge en XXX OZ ? Pourtant ce sont les mêmes qui font des listes de tenues du jour avec cette étrange pudeur…

Exemple : une veste bespoke Cifonelli, une chemise OBCD Drake’s, un jean Levi’s Big E selvedge, une parka militaire M51 de chez AW Cooper, une paire de mocassins de JM Westons modèle 180, une paire de chaussettes blanches de chez Mes Chaussettes Rouges. Notre inconnue ? Le slip, le boxer ou le caleçon qu’ils doivent se procurer au E. Leclerc du coin ? Il y a un manque de cohérence à se faire tailler un costume sur mesure.

On ne peut pas être élégant si on ne porte pas attention aux fondations et au ciment de sa tenue : son slip, caleçon, boxer.

Le slip à l’élastique fatigué et distendu

Ce qui m’a donné envie d’écrire cet article c’est que je me suis pris une remarque féminine assez personnelle concernant l’état de mes slips favoris. Il s’agit des slips de la marque American Apparel qui a fermé ses portes en France il y a de  nombreuses années maintenant. Comme quoi il faut soigner son apparence même lorsque l’on pense qu’un sous vêtement est caché. Les élastiques étaient un peu fatigués, distendus… Mes slips kangourous (oui avec la poche permettant de faire sortir l’oiseau bien que je ne le fasse jamais…) Mais ils ont brillé par leur mission, celle de maintenir mes parties génitales de la façon la plus confortable possible que je sois en jean, pantalon de costume, short… Mon parcours personnel a commencé avec les boxers que je trouve aujourd’hui un peu trop communs et pas si élégant que ça (j’ai l’image des vestiaires qui empestent la bonbonne de déodorant bon marché après un match de mini-foot dans la salle de sport municipale du coin… ) ensuite pour plus d’élégance et de raffinement au niveau des tissus de chemises proposées pour ce type de produit, je suis passé aux caleçons (comme mon grand-père qui porte depuis toujours ceux de Brooks Brothers ndlr) mais je sentais une gêne que je n’arrivais pas à m’expliquer… Avec le temps j’ai compris que j’en avais marre d’avoir le tissu qui remontait dans mes fesses avec un jean ou les entrechoquements de tic & tac lors de mes déplacements. Vient alors la conversion au slip : oui !  Le slip kangourou souvent malaimé à tort car perçu comme « le sous-vêtement du giolo plouc«  (alors que selon mon humble avis le boxer moule précieuses est bien plus vulgaire… Mais bon « les goûts et les couleurs ») ! Le slip comporte de nombreux avantages quand il est :

  • bien coupé
  • dans un beau 100% coton
  • apprécié par les italiens mais plus particulièrement recommandé par les tailleurs car on ne le voit pas lorsque vous portez vos pantalons taille haute (contrairement au boxer qui laisse entrevoir la trace qui vous marque la pression entre le tissu et votre peau de chute de reins). Puis le slip maintient sans comprimer.

Après-tout il y a deux écoles (enfin trois si l’on compte le caleçon aimé des hommes plus classiques, car oui le boxer a quand même une connotation plus populaire, plus grand public n’ayons pas peur de le dire).

Caleçon, slip kangourou, boxer ?

  • 1925Le caleçon est le fier descendant du short de boxeur avec ceinture élastique crée en 1925. Devenu sous-vêtement durant la seconde guerre mondiale.
  • 1944 – Le fameux slip kangourou avec sa poche fut inventé par les bergers de troupeaux Argentins pour leur confort lorsqu’ils montaient à cheval.
  • 1990Le boxer est un hybride  entre le slip et le caleçon (pour les indécis ?) : souvent marqué par un élastique logotypé bien visible qu’on exposait fièrement il y a encore quelques années avant que cette « mode » populaire plutôt vulgaire ne devienne ringardisé par le retour timide des pantalons à taille haute.

Les 4 points essentiels à regarder pour vous assurer de choisir un sous-vêtement de qualité par Pétrone Paris 

Adaptez votre sous-vêtement à vos goûts…et à vos besoins

Ce premier conseil peut sembler évident mais il est pourtant essentiel, car le choix de votre dessous va être déterminant sur le maintien de votre anatomie, et donc de votre confort.

Pour un maintien très ferme, le slip obtient toujours la palme. Même si son apparence fait débat entre ses grands amoureux et ceux qui ne s’y feront jamais, c’est le meilleur choix si vous privilégiez un soutien à toute épreuve. Les amateurs de sports explosifs comprendront.

Le boxer est un bon intermédiaire. Son look plus sobre que le slip et son confort en font une option privilégiée par plus de 70% des hommes. Pour un maintien renforcé, vous pouvez choisir des boxers doublés au niveau de la poche avant.

Enfin, le caleçon est le synonyme d’une grande liberté. Étonnante pour ceux qui ont l’habitude du maintien du boxer, cette liberté de mouvement est très appréciable pour dormir.

Petit bonus pour ceux qui apprécient à la fois le look du caleçon large et un bon maintien : le caleçon slippé. Il s’agit d’un caleçon équipé d’un suspensoir en jersey de coton à l’intérieur, à la manière du panier dans les shorts de bain. Style et confort : le meilleur des deux mondes.

Alors, quelle pièce choisir ? Notre conseil serait d’avoir une collection polyvalente de sous-vêtements, à choisir en fonction de son programme du jour.

Penchez-vous sur la matière de la toile

La très grande majorité des sous-vêtements pour hommes sont fabriqués dans des toiles uniquement composées de coton. Mais derrière le coton se cache en réalité bien des qualités de textiles différentes.

Un coton de bonne qualité se caractérise par la longueur de ses fibres, offrant une meilleure résistance. Évidemment, il est difficile de jauger de ce critère à l’œil nu : il est donc souvent difficile d’évaluer la qualité d’un coton de prime abord.

Mais son origine peut vous donner des indices : si le fabricant vous donne ce niveau de détail, privilégiez certains types de cotons comme coton pima (apprécié pour sa texture soyeuse), supima ou sea island.

Pour les slips et les boxers, nous vous conseillons de privilégier des toiles intégrant de l’élasthanne (à un faible pourcentage : 6 à 8% maximum), car l’élasthanne apporte, comme son nom l’indique, de l’élasticité. Un effet « stretch » indispensable à des dessous moulants comme le boxer ou le slip. Sans cela, la toile risque d’être moins souple et moins confortable.

Au-delà du classique coton, vous pouvez également faire le choix de matières proposant de meilleures qualités techniques, comme le Tencel ou le micromodal.

Ces deux matières artificielles sont fabriquées à partir de pulpe végétale, transformées en fibres textiles au terme d’un processus industriel.

Ces matières ont des atouts qui les rendent particulièrement adaptées aux dessous : antibactérienne et anti-odeurs, elles sont aussi plus douces et plus respirantes que du coton conventionnel.

Si le toucher d’un vêtement 100% Tencel peut sembler un peu froid, nous vous recommandons de tester une toile mélangeant coton et matières artificielles. Cet alliage plus doux et plus souple apporte une vraie valeur ajoutée aux sous-vêtements.

Quel que soit votre choix, assurez-vous toujours de la présence d’un label comme OEKO-TEX Standard 100. Ce label, délivré par des organismes indépendants, certifie qu’un vêtement ne contient pas de produits chimiques nocifs pour la peau et la santé.

Le tissu est contrôlé en laboratoire à chaque étape de sa fabrication, de la matière première à la confection, pour assurer un produit sain, aussi bien pour ceux qui le fabriquent que ceux qui le portent. Et on sait combien il est important d’empêcher tout perturbateur endocrinien potentiel de s’approcher de votre intimité.

Analysez la coupe en détail

Avoir une vue d’ensemble d’un sous-vêtement, c’est bien, mais on sait que le diable se niche dans les détails. Alors pour cela, observez la façon dont est confectionné le dessous.

Une coupe américaine présente des coutures au niveau des fesses, ce qui peut s’avérer moins agréable quand on le porte.

Nous nous tournerons davantage vers des boxers à la construction tubulaire, c’est-à-dire sans couture à l’arrière et sur les côtés, pour un meilleur confort.

Vous pouvez également vous renseigner sur la longueur des jambes. Des jambes plus longues enveloppent la cuisse : vous ressentirez donc moins de frottement dans vos mouvements, pour un meilleur confort. Les amateurs de course ou de vélo apprécieront.

Certains, au contraire, préfèrent les jambes de leur boxer très courtes, pour un effet « shorty ».

A nouveau, tout se joue dans la rencontre entre le dessous et vos besoins.

Enfin, accordez une attention particulière à la qualité des finitions, notamment à l’intérieur du sous-vêtement. Des coutures enrobées seront plus confortables que des coutures basiques non recouvertes.

Qualité va souvent de pair avec le prix ET l’origine

Les sous-vêtements masculins, même s’ils nécessitent peu de tissu par rapport à d’autres pièces comme le T-shirt, réclament néanmoins un véritable savoir-faire et nécessitent de nombreuses étapes de confection. Et forcément, ce savoir-faire et ce temps de confection ont un coût : alors en dessous de 10 €, pas de mystère, vous aurez très vraisemblablement affaire à un dessous de mauvaise qualité, fait dans des conditions sociales et environnementales douteuses, promettant une longévité assez faible.

Pour autant, s’acheter un sous-vêtement cher ne sera pas forcément signe d’une qualité supérieure.

Sans vouloir faire de généralité, nous vous recommandons de vous méfier des marques internationales à gros logo. Car à la différence de leurs collections de prêt-à-porter, ce ne sont pas les marques qui produisent elles-mêmes leurs sous-vêtements.

Elles fonctionnent avec un système de licence, délégant la fabrication à des usines en Asie (Chine et Bangladesh en tête) qui leur payent des royalties en échange du droit d’utilisation de leur marque.

Ces marques sont donc souvent exploitées par les mêmes usines qui produisent également les dessous de la fast fashion – l’élastique logotypé étant la seule différence permettant vraiment de distinguer un produit d’un autre.

En parallèle du prix, nous vous recommandons donc de vous renseigner sur le pays de fabrication de ces sous-vêtements.

A l’instar du prêt-à-porter, retrouver une mention du Portugal ou de l’Italie sur l’étiquette de vos dessous est un bon signe. Ces deux pays se sont érigés en champions européens de la confection, avec des structures de production intégrées, de la filature à la confection finale. Ils disposent d’un savoir-faire ancien et d’un coût du travail plus abordable que la France, leur permettant de proposer des produits d’excellente qualité, à un prix accessible.

La France, justement. Si elle brille par son savoir-faire dans le luxe et la maroquinerie haut de gamme, la France n’est plus une terre du textile, les usines de confection et les filatures ayant progressivement mis la clé sous la porte.

La qualité ne sera donc souvent inférieure aux productions portugaises ou italiennes, tout en étant beaucoup plus onéreuse, du fait du prix de la main d’œuvre.

Attention, si l’origine n’est pas spécifiée, il est probable que ce dessous soit fabriqué dans un pays où la main d’œuvre coûte très peu cher (Chine, Bangladesh…).

En résumé, c’est donc une savante équation intégrant la qualité de la toile, sa confection, son prix et son pays de fabrication qui vous aidera à faire le bon choix.

Du coup où aller chercher le slip parfait pour homme ?

Grâce à de nombreuses réponses à un sondage lancé sur la page instagram @stephanebuttichowskij au sujet de vos adresses fétiches où vous vous procurez vos sous-vêtements, je vous ai préparé une liste non exhaustive d’adresses où vous pourrez vous procurer :

  • slips kangourou
  • boxers
  • caleçons
  • et autres débardeurs, marcels, maillots de corps, pyjamas, robes de chambre etc…

Entrée de gamme

  • Monoprix – monoprix.fr
  • Uniqlo – uniqlo.fr
  • Dim – dim.fr
  • Yamamay – yamamay.com
  • Intimissimi – intimissimi.com
  • Tezenis – tezenis.com

Moyenne Gamme

Logo (vous achèterez plus une étiquette qu’un produit)

  • Ralph Lauren – ralphlauren.fr
  • Calvin Klein – calvinklein.fr
  • Moschino – moschino.com
  • Versace – versace.com
  • Dolce & Gabbana – dolcegabbana.com
  • Off White – off—white.com
  • Comme des Garçons – comme-des-garcons.com
  • Tom Ford – tomford.com

Sans Logo apparent (qualité de production et du tissu, soin des finitions)

  • Le Slip Français – leslipfrancais.fr
  • Hom – hom.com
  • Petrone – petroneparis.fr
  • Sleepy Jones – sleepyjones.com
  • Saxx – saxx.com
  • Under Armour – underarmour.fr
  • Mack Weldon – mackweldon.com
  • Perofil – perofil.com
  • Impetus – impetusunderwear.com
  • Hanro – hanro.com
  • Mey Story – meystory.com
  • Tom Adam – tomadam.fr
  • The White Brief – thewhitebriefs.com
  • Eminence – eminence.fr
  • Hemen – hemen-biarritz.com
  • Mc Alson – mcalson.com
  • CDLP – cdlp.com

L’exceptionnel

  • Mes Chaussettes Rouges – meschaussettesrouges.com
  • Ron Dorff – rondorff.com
  • Derek Rose – derek-rose.com
  • Sunspel – sunspel.fr
  • Parachute – parachute-calecons.com
  • Emma Willis – emmawillis.com
  • Zimmerli – zimmerli.com

Découvrez la Marque du Magazine Gentleman Chemistry :

vignette-poing-americain-buttice

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s