Maurice Renoma, des minets du Drugstore à la conquête du monde

Chers amis,

Dans ce nouvel épisode du Le Podcast Gentleman Chemistry,je vous propose de découvrir une figure truculente et avant-gardiste – cad qui a toujours eu quatre ans d’avance sur les autres dans tout ce qu’il entreprend, que ce soit dans : la création, le stylisme, design de vêtements masculins. Il a su reconnaître la société bourgeoise et la mode des débuts des années soixante jusqu’aux années 90’s où il se lance dans la photographie en réalisant lui-même ses propres campagnes de collections (ce qui n’empêchera pas Helmut Newton, David Bailey etc. de travailler pour lui), artiste contemporain polyvalent, scénographe… Maurice Renoma est, après soixante ans de création, de révolution, précurseur d’un style androgyne et séducteur avec des clients s’habillant pour plaire aux filles, présent sur tous les sujets lui ayant permis de s’étendre sur plein de domaines grâce à sa créativité.

Enfance au Carreau du Temple

Maurice Renoma naît le 23 Octobre 1940 dans l’atelier de tailleur de son père, Simon Cressy, au milieu de la poussière de craie et des tissus. Il est très jeune, baigné dans le commerce et dans la production de vêtements pour hommes. Il n’aime pas le bruit de l’atelier de couture, outil de production de ses parents (qui souhaitent un futur de comptable pour le jeune Maurice), ne sait pas dessiner ni coudre, mais à 18 ans il décide qu’il veut être connu et reconnu.

Des minets du Drugstore aux yéyés

En 1959, il  fréquente très tôt les bandes branchées de minets des réseaux bcbg de la capitale dans leurs fiefs (le très huppé Drugstore Publicis, Golf Drouot, le Scossa, la rue Saint-Benoît, la Bétonnière…) en s’appropriant leurs codes, tout en enchaînant, dès 1960, les essayages de ses clients dans la boutique de 18m2 voisine de l’atelier tailleur de ses parents de la rue Notre-Dame de Nazareth qui n’est pas aux dimensions de ses envies : pour contourner cet obstacle il propose à ses clients de se changer, confortablement installés dans leurs Rolls Royce et Bentley, pendant que lui fait ses tournées commerciales à travers la France au volant de sa Triumph tr3 (en créant le club des Triumph rue Notre-Dame de Nazareth).

L’avant garde dans les détails du costume

De cette boutique sortent des costumes – en gabardine de laine beige, mohair twisté, poil d’alpaga, flanelles de laine et, sa pièce phare, le Blazer Renoma – avant-gardistes qui se distinguent très vite des autres maisons par leurs  réalisations dans des coupes ultra cintrées dans des matières ultra souples à l’opposé des matières austères de l’époque dans des motifs indiens aux tissus d’ameublement, avec des fentes hautes, des épaules droites et des boutons argentés brossés les vestes croisées,  les pantalons sont à pattes d’éléphant en velours coloré vert ou violine, bousculant les standards de l’année revus et corrigés…

Des costumes pour plaire aux femmes

Avant 1968, il s’affranchit déjà des conventions. Son esprit Rock’n’Roll et Dandy embarque minets et stars internationales en quête d’une mode qu’on porterait comme un étendard, une revendication statutaire pour affirmer sa propre personnalité. Une époque où les hommes ne subissaient pas le port du costume mais où ils s’habillaient pour plaire aux femmes avec ses costumes qui entretenaient le mythe de donner à leurs propriétaires cette aura magique, cette assurance. Maurice Renoma vendait jusqu’à 30 costumes par jour ! Une époque où l’on célébrait la vie de façon décomplexée, on était beau, élégant sans peur du jugement m’as-tu-vu de cette nouvelle classe politique !

Renoma White House Paris

Le 23 octobre 1963, âgé seulement de 20 ans, il ouvre sa première boutique  Renoma de 45m2 qu’il baptise : White House en honneur du style frais de Kennedy (qui sera assassiné le 22 novembre 1963 à Dallas) au 129bis, rue de la Pompe (où alors il n’y avait aucune boutique de vêtements) dans le très chic seizième arrondissement de Paris, en face du très élitiste Lycée Janson de Sailly qui engendrera une bonne partie des dirigeants du CAC mais aussi de Politiques et autres célébrités conquises par le style Renoma : Andy Wharol, Nino Ferrer, Bob Dylan, Yves Saint Laurent, Carlos Monzon, Eric Clapton, Jim Morison, Catherine Deneuve, Salvador Dali, Pablo Picasso, Keith Richards, Jacques Dutronc, Alain Delon, Lino Ventura, Serge Gainsbourg, Jane Birkin, Johnny Halliday, Jean-Paul Belmondo, Claude François, Valery Giscard d’Estaing, Françoise Hardy, Karl Lagerfeld, Eddy Mitchell, Mike Jaeger, Pierre Richard, Brigitte Bardot, Jimmy Hendrix, Ralph Lauren, François Mitterrand, Beatles, Rolling Stones…  Il s’est même amusé pour une campagne à réunir Marilyn Monroe et James Dean, les coqueluches de cette génération. Il a inspiré des couturiers comme Versace, Armani…

Renoma : à la conquête de l’Asie

En 1965, il va être la première marque de vêtements à planter ses drapeaux à la conquête de l’Asie avec plus de 300 licences à travers la Chine, le Japon et Singapour…

Innovation dans l’utilisation de matières inédites

En 1966, il ouvre les portes de son showroom en inspirant une mode hippie chic en France au 113 avenue Victor Hugo. Il innove à nouveau avec son audace par un choix de matières jusqu’alors inutilisées dans les collections de vêtements de mode : lin, solaro, seersucker de coton gaufré, vestes mélangeant laine, lin et soie, patchwork de chutes de tissus, carreaux en madras, soie, crêpe de Chine,…

Veste Lénine

En 1968, il lance la veste Lénine portée par James Brown à l’Olympia en 1970 avec son allure résolument militaire.

Première collection de vêtements en lin

En 1970, il inaugure le premier défilé Renoma avec une collection entièrement réalisée en lin (ce qui pour l’époque est révolutionnaire car le lin était utilisé uniquement en décoration d’intérieur ou pour faire des draps) ainsi qu’une collection androgyne pour femme avec tailleur et pantalon.

Licences Renoma au Japon

En 1973, la marque Renoma s’implante au Japon avec plus de 100 licences de mode, accessoires et autres produits dérivés.

Gainsbourg & Birkin : égéries  Renoma photographiés par des photographes stars

En 1975, Maurice Renoma fait figurer ses amis Serge Gainsbourg et Jane Birkin rencontrés autour d’un Scotch au bar d’un Boeing 747. Serge Gainsbourg qu’il fait figurer dans les campagnes des photographes Stars David Bailey, Helmut Newton, Guy Bourdin et Dominique Iseerman.

Concept store Renoma Matignon

En 1978, ouvre le concept store Renoma Matignon prenant place au  19 avenue Matignon proposant à ses clients d’effectuer des achats à la  boutique de vêtements à la mode, de se détendre avec des soins masculins, un coiffeur, un barbier, un  spa, de faire entretenir ses souliers par le cireur, de déjeuner ou dîner au restaurant…

Veste multi poches Renoma

En 1979 naît la veste multi poches succès national et international vendue à 150000 exemplaires à la boutique Renoma. La veste multi poches est aussi portée par Andy Wharol.

Renoma : marque de mode leader à l’international

En 1992, Renoma détient le leadership international de marque de mode masculine et féminine notamment sur les marchés asiatiques en Corée du Sud avec plus de 25 licences ; mais aussi en Europe : Italie (où la première boutique de vêtements de la Via Monte Napoleone est une Renoma), Benelux, Allemagne…

Maurice Renoma : premier Créateur Photographe

En 1993, Maurice Renoma décide de dégainer son appareil photo et de réaliser lui-même ses propres campagnes publicitaires en innovant encore une fois avec la tendance du créateur de mode photographe : bien avant Tom Ford, Karl Lagerfeld etc… Il totalise plus de 200 films réalisés en tant que vidéaste.

Expositions d’Art

En 1993, Maurice Renoma expose en France et à l’International dans plus d’une centaine d’endroits aussi atypiques qu’exclusifs.

Chevallier de l’Ordre des Arts et des Lettres

En 1997, Maurice Renoma est décoré Chevallier des Arts et des Lettres.

Modographe

En 1999, Maurice Renoma lance un mouvement, celui du Modographe : styliste et photographe en publiant un ouvrage du même nom.

Renoma Café Gallery

En 2001, il ouvre son Renoma Café Gallery, aux influences de loft New-Yorkais. Il est le premier café concept store à proposer le wifi à ses clients.

Meubles Renoma

En 2005, en partenariat avec Philippe Coudray, Maurice Renoma s’amuse à détourner les meubles d’influence Louis XV pour y imprimer dessus ses photos en créant ainsi des pièces numérotées que les décorateurs les plus hype s’arrachent à travers le monde.

Impertinence

En 2006, 32 artistes contemporains s’amusent à détourner l’allure du blazer iconique Renoma au Mercedes-Center de Rueil Malmaison.

Souplex Renoma

En 2011, voit  le jour le Souplex Renoma.  150m2 des anciens ateliers de la boutique Renoma sont dédiés à accueillir les installations de différents artistes contemporains.

Un + Un = 3

En 2013, pour commémorer les 50 ans de réalisations de Maurice Renoma, une rétrospective sur l’œuvre de l’homme est réaisée dans la boutique Renoma, le Renoma Café ainsi que dans le Souplex Renoma. Pour cette occasion particulière un très bel ouvrage est édité aux éditions de la Martinière.

Hôtel Renoma

En 2018, Maurice Renoma inaugure le Renoma hôtel avec ses 20 suites où l’on retrouve tout l’univers Renoma à quelques mètres de la plage de Tel Aviv.

Je suis très heureux d’avoir pu réaliser cette interview exclusive avec Maurice Renoma. Je suis maintenant ravi de vous inviter à rejoindre ma conversation avec Maurice Renoma !

J’ai pris beaucoup de plaisir dans la réalisation de cette interview. Si vous aussi avez aimé ce podcast, n’hésitez pas à laisser un commentaire en le notant avec 5 étoiles sur l’application Apple Podcast de votre smartphone ou sur Itunes depuis votre ordinateur. Vous pouvez également vous abonner sur la plateforme Apple Podcast I Spotify I Deezer I Stitcher I TuneIn I Podcastics pour ne pas rater une miette des podcasts à venir ! 

N’oubliez pas de partager le podcast, de le noter en laissant votre ressenti, c’est très important pour aider le podcast à émerger dans les classements en plus de le faire découvrir au plus grand nombre tout en me motivant à m’améliorer en faisant de nouveaux épisodes !

Bonne écoute,

Stéphane

Découvrez la Marque du Magazine Gentleman Chemistry :

vignette-poing-americain-buttice

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s